CNRS


Rechercher


Accueil > Activités scientifiques

2014

par Guillaume Chastanet - publié le , mis à jour le

Comment la lumière déclenche la métamorphose ultrarapide d’une molécule


Des physiciens ont observé comment le changement ultrarapide d’état magnétique d’une molécule dû à l’absorption d’un photon est stabilisé par un transfert d’énergie vers des modes de vibration.
des physiciens de l’Institut de Physique de Rennes - IPR (CNRS / Univ. Rennes 1), de l’Institut de Chimie de la Matière Condensée de Bordeaux - ICMCB (CNRS / Univ. Bordeaux) et du synchrotron SOLEIL ont étudié la commutation photoinduite de cristaux moléculaires photomagnétiques. Ils ont démontré que la transformation ne se fait pas suivant un chemin linéaire entre l’état initial et l’état final, mais qu’elle suit une trajectoire courbe. Le nouvel état est piégé par un amortissement très important des vibrations dans la nouvelle structure moléculaire. Cette performance a été rendue possible par la combinaison de trois techniques expérimentales de pointe : la photo-cristallographie et l’optique pompe-sonde ultrarapide développées à l’IPR, ainsi que la spectroscopie d’absorption X femtoseconde réalisée sur le laser à électrons libres (X-FEL) LCLS à Stanford qui représente la nouvelle génération de source de lumière X ultra-intense et ultra-brève. Ce travail est publié dans la revue Physical Review Letters.

voici le lien CNRS vers l’actualité complète.

Phys. Rev. L. 2014, 113, 227402



Interrupteurs moléculaires : la chimie au service de l’électronique


A l’état solide, certains matériaux présentent un transfert d’électron déclenché par un stimulus extérieur comme la température, la lumière ou la pression. Ce phénomène de transfert d’électron induit est souvent associé à des propriétés thermochromes ou photochromes. Des chercheurs du Centre de recherche Paul Pascal (CNRS) et de l’Institut de chimie de la matière condensée de Bordeaux (CNRS) viennent de développer deux familles de molécules potentiellement intéressantes dans les domaines du stockage de l’information et des capteurs dans laquelle le transfert d’électron peut être modulé par un choix judicieux de ligands périphériques. Ce choix de ligands amène également à une miniaturisation ultime du phénomène de transfert d’électron, du réseau tridimensionnel à la paire possédant des propriétés de thermo- et photo-commutation en phase solide.
Ces travaux sont publiés dans le Journal of American Chemical Society.

Pour voir l’information complète sur le site du CNRS, voici le lien du CNRS.

J. Am. Chem. Soc. 2014, 136, 16854. DOI : 10.1021/ja508280n

J. Am. Chem. Soc. 2014, 136, 15461. DOI : 10.1021/ja508094h


Du pigment antique à la molécule-aimant

Des équipes de l’Institut des sciences chimiques de Rennes (CNRS / Université de Rennes1 / INSA) en collaboration avec deux laboratoires lyonnais, le Laboratoire de chimie (CNRS / ENS de Lyon / Université Claude Bernard Lyon 1) et l’Institut lumière matière (CNRS / Université Claude Bernard Lyon 1), sont parvenus à identifier le complexe responsable du changement de couleur des solutions de murexide en présence de lanthanide et qui restait inconnu à ce jour. Le composé formé présente des propriétés de molécule-aimant combinées à une émission dans le proche infra-rouge. Ces résultats font l’objet d’une publication dans la revue Chemistry-A European Journal.

Pour voir l’information complète sur le site du CNRS, voici le lien du CNRS

Chemistry-A European Journal 2014, 20, 1569